La « caméra-stylo ». Godard.

En 1948, Alexandre Astruc, un critique de film du cinéma français, écrivait un article sur « La naissance d’une avant-garde: la caméra-stylo », qui nous décrit une transformation du cinéma comme un moyen d’expression se suffisant à lui-même, un langage à part entière, affranchi de ses parents artistiques comme le théâtre ou l’«image pour l’image». Il promeut une vision du cinéaste pleinement auteur de ses films, comme un écrivain l’est avec ses romans. (J’ai volé ça sur Wikipédia)

Le meilleur exemple serait Jean-Luc Godard (À bout de souffle) qui a réalisé 13 longs-métrages entre 1959 et 1966… Ou 118 films entre 1959 et 2015! Cent dix-huit! C’est deux films par année. Ses films sont des films d’auteur. Des films personnels qui traitent souvent de sujets comme « Qu’est-ce que l’art? », « Qu’est-ce que le langage? » ou même sur la conception du film lui-même.

Presque 60 ans après l’article d’Astruc, la « caméra-stylo » est bien réelle. Aujourd’hui, les caméscopes rentrent dans nos poches et filment en 4K de pixels (taille des écrans dans la plupart des salles de cinéma)! Faire un film est maintenant aussi facile que de prendre un crayon et écrire une histoire. On se rappellera qu’il y a quelques siècles, le papier coûtait cher et que seulement les familles riches pouvaient s’en procurer. Aujourd’hui, je peux faire un film avec mon téléphone cellulaire. MAGIE.

Mais pourquoi JE (NOUS) ne produis(ons) pas plus de films? Pourquoi l’industrie hollywoodienne continue de nous gagner avec des films (mauvais) qui coûte 500 000 000 dollars!? Deux choses.

#1 Ils dépensent des sommes folles pour promouvoir le film et nous donner envie de le voir (Le BESOIN de le voir) et

#2 Nous sommes LazZzZzY.

Mais c’est pas si vrai. Tout le monde fait des films, tout le temps. Vous filmez vos enfants qui s’amusent, vos amis qui font des niaiseries, les inconnues bizarres, votre voyage dans le sud, etc.  Le reportage explose sur le web. Tout le monde raconte son histoire avec une caméra.

C’est même pas vrai du tout. Le court-métrage EXTRA-EXPLOSE sur le web. Pas juste le court-métrage amateur. Le professionnel aussi! La qualité est devenue intense. Même FUCKING intense.  Mais la vérité, c’est que personne ne fait de l’argent avec ça. Les seuls qui font la piasse, ce sont les gros studios. Pourtant, faire un film, c’est devenu comme jouer de la guitare et monter un show. Peut-être que la solution est là. Traitons le média comme il est en 2015. C’est le far west. Chacun pour soi. Chacun fait son cinéma. Y aura toujours des blockbusters. Y aura toujours des flops. Y aura toujours des cow-boys solitaires qui ne feront qu’à leur tête.

Un projecteur sous le bras, comme un chanteur avec sa guitare. Un film dans la tête et un autre dans le laptop. Chaque soir, projeter ses idées devant des gens qui les reçoivent. Partout et nulle part. Finies les salles de cinéma. On sort dehors.

Pourquoi pas un cours de cinéma gratuit pour finir?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s